//Par Pierre Lansonneur//

 

Huawei, le géant chinois de la téléphonie mais surtout des télécoms, frappait fort en 2018, devançant en nombre de ventes la marque à la Pomme avec plus de 200 millions de ventes et s’imposait comme le deuxième plus gros vendeur de smartphone derrière Samsung. Huawei doit, cependant, faire face à un nombre croissant de défis sur fond de guerre commerciale sino-américaine, comme l’énonçait Guao Ping, l’un des trois responsables assurant la présidence tournante du groupe, en citant Cicéron : « Plus grande est la difficulté, plus grande est la gloire ».

 

Si la réussite fut grande en 2018 puisque Huawei dépassait de 20 millions ses objectifs de ventes grâce à des gammes innovantes (la P20, la Mate 20 et l’Honor 10 notamment), le géant s’annonce encore plus ambitieux en 2019 avec un objectif de 250 millions de ventes. Si Huawei venait à réaliser ce chiffre, en plus de devancer Apple, il se positionnerait devant son concurrent sud-coréen Samsung. Pour ce faire, Huawei peut se baser sur un marché intérieur chinois conséquent, bien qu’en perdition. En effet, le marché du smartphone chinois, qui a dû assumer une chute de 8,8 % en 2018 selon IDC, semble devenir patriote après des années d’Apple mania. Cette évolution est la conséquence des différents contentieux entre les Etats-Unis et la Chine. Des entreprises proposent alors des rabais allant jusqu’à 15% comme chez Chengdu RYD Information Technology ou, comme Menpad, elles sanctionnent d’une amande leurs salariés utilisant des équipements américains.

 

Le cas Huawei illustre la guerre commerciale sino-américaine, entre blocus, soupçons d’espionnage et crise diplomatique avec les pays dits alliés. Dès février 2018, les renseignements américains recommandaient de ne pas acheter de Huawei, soupçonnés d’espionner les utilisateurs pour le compte du gouvernement chinois, le fondateur étant un ancien ingénieur militaire chinois. Un soupçon pris au sérieux par Donald Trump qui souhaite interdire les smartphones Huawei ainsi que ceux de son concurrent ZTE sur le territoire américain à partir de janvier 2019. Il invoque l’International Emergency Economic Powers Act, qui autorise le président américain à réglementer le commerce en réponse à une situation d’urgence nationale menaçant les Etats-Unis. Une décision qui a été étudiée par les britanniques, comme le montre le chef du renseignement extérieur britannique (MI6), Alex Younger, qui s’interroge sur les relations entre Huawei et Pékin. Ainsi, Huawei pourrait perdre du terrain en Occident notamment dans la promotion de la 5G. Comme l’affirme Stéphane Richard le PDG d’Orange, cela « relève de l’irrationnel » mais les acteurs de la téléphonie occidentale appliquent « un principe de précaution » et ne se fournissent pas chez Huawei.

 

La seconde crise diplomatique fait suite à l’arrestation le 1er décembre de sa directrice financière, Meng Wanzhou mais aussi fille du fondateur. Arrêtée au Canada, à la demande des Etats-Unis, elle était réclamée par la justice américaine qui soupçonne Huawei d’avoir exporté des produits venant des États-Unis vers l’Iran, en violation de l’embargo. La Chine a alors arrêté deux canadiens pour motif officiel d’activités “menaçant la sécurité nationale” : Michael Kovrig, employé par l’organisme de réflexion International Crisis Group, et Michael Spavor, un consultant fréquemment en relation avec la Corée du Nord. Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang, nie formellement tous les liens entre ces trois arrestations et rappelle que la Chine est un Etat de droit.

 

Alors si l’avenir semble peut-être se ternir en Occident, Huawei ne manque pas de ressources pour se développer, en possédant la plus grosse part de marché en Chine, soit 23% (contrairement à la marque de Tim Cook qui est passée de 15% en 2017 à 9% fin 2018), et en développant des smartphones low-cost en Afrique ainsi que son réseau de télécommunication, Huawei est en bonne voie sur les deux marchés les plus porteurs.

 

 

Sources:

https://www.la-croix.com/Economie/Entreprises/Huawei-geant-chinois-inquiete-2018-12-28-1200992133

https://www.bfmtv.com/economie/britanniques-et-americains-vont-ils-interdire-huawei-sur-leur-territoire-1598779.html#xtor=AL-68

https://www.leprogres.fr/lifestyle/2019/01/02/le-chinois-huawei-n-1-mondial-des-ventes-de-smartphones-en-2019

Partagez sur
Share on FacebookShare on LinkedIn