Les agences de notation

// par Louis PETER //

Les agences de notations

          Une agence de notation est une institution qui, comme son nom l’indique, met des notes aux institutions. Leur rôle est de noter la solvabilité (capacité de remboursement) des entités comme les états, les entreprises, les collectivités locales, … Les trois plus connues sont Fitch, Moody’s et Standards & Poor’s, aussi appelées « Big Three ». Pour ainsi noter les différentes entités, elles se basent sur plusieurs analyses et études comme l’environnement politique et interne de l’entité étudiée, sa dette, ses comptes,…. Ces notes s’échelonnent ainsi de AAA (note maximale) au D (en défaut). Ce tableau de note est divisé en deux grandes parties. Le notes allant de AAA à BBB- sont considérées comme des notes d’investissement. Cela signifie que quand un investisseur prête de l’argent à une entreprise ou achète des obligations d’État ayant ce type de notes, il est dans l’optique d’un investissement pérenne et sûr. Le risque est considéré comme faible, signifiant par la même occasion que les taux d’intérêt le seront également. La deuxième partie du tableau concerne les notes allant de BB+ à D, catégorie dite « de spéculation ». Ainsi, lorsque qu’un investisseur achète des produits ayant ces notes, son but est de gagner beaucoup d’argent au travers des taux d’intérêt qui cette fois-ci seront plus fort car la solvabilité est moins sûre. Cependant, cela rend l’investissement plus dangereux.

          Lors de la crise de 2008, ces agences de notations, et surtout les trois plus grosses, ont essuyé de nombreuses critiques car les subprimes, bien que toxiques, avaient reçu de bonnes notes. En effet, il se trouve qu ‘elles ont trop aisément accordé la note AAA à des produits qui ne les méritaient pas. Cette sur-notation a conduit à la formation d’une bulle spéculative car tout le monde croyait acheter des produits sains qui étaient, en réalité, loin de l’être. Par exemple, selon le Ministère de l’Economie, 93% des produits ayant reçu le triple A en 2006 ont maintenant une note largement située dans la partie basse de la catégorie spéculative. Dans ce cas-là, comment expliquer une si mauvaise notation ? A vrai dire, la réponse est simple. Les agences de notation sont rémunérées par les entités qu’elles notent et non par les investisseurs qui utilisent leurs services. Ainsi, les entreprises engagent des agences de notation pour que ces dernières leur attribuent une note et les entreprises pourront donc attirer plus de capitaux. On peut donc voir le problème qui réside en un conflit d’intérêt. En 2015, Standard & Poor’s a ainsi été condamné à verser la somme de 1,5 milliards de dollars au titre de conflit d’intérêt et de laxisme dans la notation des produits subprimes. A ce jour S&P est la seule agence de notation à avoir fait l’objet de poursuites, bien que la notation de Moody’s et Fitch ait été maintes fois remise en cause

          Ainsi, ceci un exemple montrant qu’aujourd’hui, ces agences de notation sont un acteur incontournable dans le monde financier. Plus la note d’un pays sera basse, plus les intérêts qui lui seront demandés seront élevés. C’est le cas pour des pays comme la Grèce qui s’est vue attribuer la note de CCC par Fitch. De plus, le mardi 14 novembre 2017, Standard&Poor’s a déclaré le Venezuela de Maduro en défaut partiel. Cette décision a été prise après la constatation de l’impossibilité de ce pays à rembourser une dette de 200 millions de dollars. Il ne faut pas oublier que la dette actuelle du Venezuela est de 150 milliards de dollars et que ce dernier ne possède que 9,2 milliards de dollars en réserve.

Bibliographie

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/11/08/20002-20131108ARTFIG00293-les-agences-de-notation-decryptees.php

http://www.strategie-bourse.com/agences-notation.html

https://www.fimarkets.com/pages/agences_notation.php

Partagez sur
Share on FacebookShare on LinkedIn