Vers une finalisation des accords de Bâle III ?

// Par Maxime Guennec//

Qu’est-ce que Bâle III ?

Les Accords de Bâle III publiés le 16 décembre 2010 sont des propositions de réglementation bancaire dans le but de garantir un niveau minimum de capitaux propres des banques afin d’assurer leur solidité financière. Bâle III peut être considéré comme une réponse des autorités réglementaires mondiales à la crise financière internationale de 2007-2009, période où de nombreuses banques ont dû être recapitalisées grâce à de l’argent public afin d’éviter une crise systémique. Si de nombreuses mesures sont d’ores et déjà été appliquées, il reste quelques éléments à mettre en place. C’est pour cela que l’instance de direction du comité de Bâle, regroupant les organes de supervision du secteur bancaire à travers le monde a annoncé qu’elle allait se réunir le 7 décembre prochain à Francfort et sous la présence du président de la BCE, Mario Draghi.

La France, un obstacle désormais isolé

La France constitue la Nation européenne la plus réticente à l’adoption de ces nouvelles règles craignant que celles-ci ne pénalisent les banques françaises. Mais le pays se retrouve désormais esseulé, sans son allié allemand. Andreas Dombret, le représentant de l’Allemagne dans les négociations a déclaré la semaine dernière que « la Bundesbank et l’autorité allemande des marchés financiers, soutenaient, malgré des réticences, la dernière proposition de compromis ». La finalisation des accords de Bâle III semblerait donc être une réalité future : le secrétaire du comité de Bâle, William Coen, a affirmé que les négociations se situaient « dans les derniers mètres d’un marathon, avec la ligne d’arrivée en vue ».

Des compromis

L’impact de ces mesures pour les établissements financiers concernés pourrait toutefois être atténué par une entrée en vigueur progressive. Ces règles pourraient donc ne pas devenir contraignantes avant plusieurs années.

 

 

 

 

Partagez sur
Share on FacebookShare on LinkedIn